Jacob’s ladder 0


JaccobsLadder

Curieux film que ce Jacob’s Ladder d’Adrian Lyne, découvert l’autre soir. Du même Lyne, j’avais jusque-là seulement vu Fatal Attraction, nanar pseudo-érotique et hit du box office (à la fin des années 1980) avec Glenn Close et Michael Douglas : récit formaté de A à Z, mise en scène essoufflée, montage épileptique qui confine au désastre. Epileptique, Jacob’s Ladder l’est aussi à sa façon, c’est-à-dire réfléchie et mesurée. Si le film ose quelques incursions risquées en terrain mystique (le titre est en ce sens assez littéral), il reste sobre dans sa peinture d’une possible expérience de mort imminente dont le héros pourrait très bien n’être pas sorti indemne. Le plus beau est que, si twist final il y a, celui-ci ne constitue pas la « cerise sur le gâteau » d’un jeu à énigmes dont il donnerait la clé de lecture définitive. La descente aux enfers de Jacob Singer (Tim Robbins), pour reprendre une expression usée jusqu’à la corde, prend pour théâtre un espace-temps malléable et indéterminé où les différentes identités du héros se superposent, s’entredéchirent et se contredisent tour à tour dans une syncope étouffante et impeccablement cadencée. Qui est Jacob Singer ? Vraisemblablement un vétéran de la guerre du Vietnam – du moins, au début du récit – qui, dans les premières minutes du film, semble souffrir de stress post-traumatique. Autour de lui, New-York n’est pas tant une « cloche de détresse » qu’une cage étroite et suffocante aux airs de train fantôme. Le montage parallèle entre les scènes sur le champ de bataille et les moments plus intimistes de la vie chaotique de Singer est particulièrement réussi : la moiteur coagulante de la jungle déteint sur une vie citadine que Lyne filme comme un long et lent suintement ininterrompu. En cela, Jacob’s Ladder s’éloigne rapidement de la psychologie balisée pour devenir une virée quasi abstraite dans les entrailles d’une réalité si loin et pourtant si proche – l’innommable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>